Qui sommes nous ?

1800201_526425137472166_443757616_n

Mettons les pieds dans le plat !

En 2012, la question du droit de vote et d’éligibilité des étrangers non-citoyens de l’Union Européenne a été un sujet central de la campagne électorale. La droite sarkozyste et l’extrême-droite n’ont cessé de dénoncer le projet du PS en la matière – pourtant bien modeste, limité aux élections locales. Malgré le pilonnage idéologique, Hollande a été élu… mais deux ans plus tard, il est clair qu’il s’est assis sur sa promesse. C’est donc un déni de démocratie à deux titres : en premier lieu pour ceux parmi les habitants du pays qui y travaillent, sont assujettis à ses lois, ses impôts, etc. sans pouvoir avoir mot au chapitre ; en deuxième lieu pour les électeurs de 2012 qui ont cru qu’au moins le peu de promesses du candidat Hollande serait tenues.

Réunis le 6 janvier 2014, des militant-es venues de divers horizons ont décidé de passer outre : On peut, Il faut monter une liste pour les municipales dans le 18ème arrondissement de Paris, avec des étrangers non-communautaires, et en tête de liste ! Ce sera l’occasion de faire une campagne dans tout l’arrondissement pour sensibiliser à cette question, en lien avec la situation sociale du quartier : chacun sait que les habitants les plus pauvres sont majoritairement ceux à qui on dénie le droit de vote et donc pour qui les questions de l’emploi, de la santé, de l’éducation, des discriminations en tous genres, sont les plus aiguës.

Voilà les bases qui nous motivent aujourd’hui – beaucoup reste encore à préciser, et c’est bien ainsi. C’est en discutant et en militant avec d’autres motivé-es par ce projet, et en particulier les premièr-es intéréssé-es que nous voulons participer à construire cette campagne.

Appel à signer

Cliquez ici pour signer la pétition en ligne
HabitantEs de quartiers populaires, Travailleur-se-s avec ou sans papiers, FrançaiSEs et EtrangerEs, Paris, c’est nous !

Nous sommes malienNEs, malgaches, françaiSEs, rroms, palestinienNEs, algérienNEs, tunisienNEs, sénégalaiSEs, mauritanienNEs, tamoulEs, cingalaiSEs, portugaiSEs, canadienNEs, marocainEs, kabyles, kurdes, ivoirienNEs…
Nous sommes ouvrierEs, employéEs, commerçantEs ou étudiantEs, avec ou sans emploi, en activité ou retraitéEs.
Ensemble, nous vivons ici, nous envoyons nos enfants à l’école ici, nous nous soignons ici, nous payons nos impôts ici, nous prenons les transports ici.

Paris, c’est nous !

Pourtant Paris se fait aujourd’hui sans nous et contre nous.

Paris se fait sans nous.

Beaucoup parmi nous, dans nos quartiers, n’ont même pas le droit de vote parce qu’ils ou elles sont étrangerEs. Dans le 18è arrondissement une étude récente a ainsi montré que plus de la moitié des jeunes de moins de 18 ans a des parents qui n’ont pas le droit de vote. Comment pouvons nous touTEs être entenduEs lorsque beaucoup d’entre nous sont sans-voix ? Aux dernières élections municipales moins du tiers de la population a voté dans le 18è arrondissement.

Paris se fait contre nous.

Plus on attaque les étrangers et plus Paris nous devient étranger.
Comment pouvons-nous être respectéEs, comment nos quartiers peuvent être respectés par des éluEs qui acceptent que nous soyons triéEs à l’entrée des bureaux de vote ? Comme nous sommes triéEs dans la rue par les contrôles au faciès, triéEs pour obtenir un emploi, un logement, etc.
Comment s’étonner que dans cette guerre à la solidarité et au vivre ensemble s’engouffrent toutes les haines et les racismes ?

Paris se fait contre nous.

L’exclusion politique est l’autre face de l’exclusion sociale qui nous chasse de Paris : loyers inabordables, salaires et aides sociales en baisse, santé et transports de plus en plus chers, destruction de l’hôpital public, éducation à deux vitesses…

On vit ensemble, on décide ensemble.

François Hollande avait promis le droit de vote pour les étrangers. Promesse trahie, comme celle de s’attaquer à la Finance !
Nous n’attendons plus. Ce qu’on nous refuse, désormais nous le prenons : les sans-voix prennent la parole !

Cliquez ici pour signer la pétition en ligne

Actualité

Debout contre le fascisme et l’islamophobie – Pas au garde-à-vous derrière les racistes

Ce qui se met en place est la condamnation la plus catégorique vis-à-vis de ceux qui ont tué à Charlie Hebdo : ils ont suscité une vague d’unanimisme qui risque d’emporter toute tentative d’intelligence et légitime le pire des processus qui étaient déjà à l’oeuvre.

Le maire d’Oslo avait déclaré au moment du massacre opéré par un fasciste que « notre réponse doit être plus de démocratie, plus de générosité et plus de tolérance ».

Aujourd’hui on dit que la liberté d’expression est en danger mais tout le monde semble acquiescer à plus de flics et au relêvement de Vigipirate soit un régime permanent d’exception qui nous habitue à la limitation de nos libertés, au renforcement des pouvoirs de police et à voir l’armée intervenir dans nos rues.

On dit qu’il faut plus d’unité mais on somme des millions de MusulmanEs de se justifier et les attaques de mosquées sont traitées à la rubrique faits divers des journaux. Rappelons à ce sujet la réponse qu’avait fait Mohammed Ali, l’ancien boxeur, à un journaliste qui lui demandait, après les attentats du 11 septembre si ça ne lui posait pas de problème d’appartenir à la même religion que les terroristes. Il avait répondu : « Et vous ça vous fait quoi d’appartenir à la même religion qu’Hitler ? »

Alors osons, du moins soulever quelques questions.

Deux tueurs sont aujourd’hui traqués dans toute la France et seront peut-être abattus sans que personne n’ose poser la moindre question sur les moyens utilisés. Qui pense sérieusement que le danger, en France, aujourd’hui, c’est le développement d’un mouvement du type de l’Etat islamique, capable de prendre le pouvoir ou du moins de l’influencer ? Ceux qui développaient cette idée avant le 5 janvier avaient pour nom Renaud Camus, théoricien du Grand Remplacement repris par Jean-Marie Le Pen, les fascistes de Génération Identitaire, Eric Zemmour et Michel Houellebecq. N’est-ce pourtant pas l’hypothèse qui justifie actuellement les appels à la mobilisation générale ? N’est-ce pas pourtant plutôt le Front National qui plâne dans les sondages au point de rendre crédible l’idée de son accession au pouvoir dans le cadre des élections ? Et tout cela sur la base d’une radicalisation de franges ouvertement fascistes à ses marges ? Et la discussion ne porte même plus sur la manière de le combattre mais sur sa légitimité ou pas à être partie prenante de la mobilisation générale.

Et, dans la réaction prônée aujourd’hui, qu’est-ce qui va prospérer, qui va prospérer ? Dans les injonctions à l’unité nationale auxquelles se mêlent de manière indissolublement liées comme par un effet miroir, les injonctions faites aux MusulmanEs (soyons clairs, dans les faits aux Noirs et aux Arabes) à faire profil bas, bref à se rendre invisibles, qu’est-ce qui va prospérer, qui va prospérer ?

Dans cette idée qui progresse à grands pas ces derniers jours, d’un intérêt national qui se construit toujours contre unE autre, ici le terroriste que des années de racisme ont déjà amalgamé profondément à l’islamiste et celui-ci au Musulman, qui osera rompre le front commun de la Nation, pour une grève, la contestation d’un projet d’aéroport ou le soutien au Rrom, au Musulman, au sans-papiers discriminé ?

Qui aujourd’hui peut oser poser la question de comment nous en sommes arrivéEs là ? Qui, alors qu’il a soudain été décidé que ce 7 janvier la liberté d’expression a été mise en danger, peut simplement oser demander si la campagne médiatique sans précédent organisée pour la sortie, ce même 7 janvier, du livre d’un auteur ouvertement et violemment islamophobe n’était pas un problème ? Imaginez comment Zemmour et Marine Le Pen jubilent aujourd’hui et jubileront demain.

Vous l’aurez compris, je n’irai pas manifester ce dimanche derrière François Hollande, Manuel Valls, Nicolas Sarkozy et sans doute des membres du Front National.

Je n’irai pas manifester derrière ceux qui nous appellent à l’unité nationale et n’ont de cesse, hier ou aujourd’hui, au gouvernement, de renforcer les frontières, de démanteler les camps de Rroms, de stigmatiser les MusulmanEs. Derrière ceux qui, au nom de l’intérêt national, nous rendent de plus en plus pauvres et font des cadeaux aux riches. Derrière ceux qui ont créé le chaos au Moyen-orient et en Afrique et envoient ensuite leurs soldats y faire la guerre. Derrière ceux qui nous vendent la défense de la liberté d’expression mais interdisent les manifestations de soutien au peuple palestinien et envoient la police casser les manifestations contre le Front National. Derrière ceux qui ont créé les tueurs.

Je n’irai pas gonfler cette vague qui anesthésie notre intelligence.

Que faire alors face à cette vague qui semble nous submerger ? Exercer déjà, notre liberté d’expression qui est liberté de critique. Dire combien elle est bien plus dangereuse que ce qui l’a suscité.

Et continuer ensuite d’organiser les combats qui créent la véritable unité et la solidarité, celle qui met debout et pas au garde-à-vous : pour unir, dans nos quartiers et lieux de travail contre le racisme, l’islamophobie et le développement du fascisme. Mais aussi pour nos droits à une vie décente contre la loi Macron, pour la solidarité internationale avec Gaza, Homs et Kobané, avec les sans-papiers, pour les ZAD comme à Notre-Dame des Landes.

Ce ne sera pas l’unité nationale car dans ces combats nous trouverons en face de nous, demain comme hier, ceux qui nous appellent aujourd’hui à l’unité nationale et qui n’hésiteront pas à utiliser, contre nous, les moyens sécuritaires et policiers qu’ils renforcent actuellement. Ceux qui ont tué Rémi Fraisse.

Mais ce sera l’unité de notre classe, de nos quartiers, quelle que soit notre nationalité, notre religion, notre origine, notre couleur de peau. Ce sera la réponse pour « plus de démocratie, plus de générosité et plus de tolérance » seule à même de marginaliser et de tarir les réponses sectaires et folles.

Un dernier mot, pour tous ceux et celles qui descendront dans la rue dimanche, qui le feront par humanisme et n’ont pas le cynisme de Hollande, Valls ou Sarkozy. Le mercredi 7 janvier, comme chaque jour de l’année, comme ce sera le cas dimanche, alors que douze personnes tombaient à Charlie Hebdo, 15 migrantEs mourraient en Méditerranée pour l’unique raison que les gouvernements européens, dont Hollande, Valls et Sarkozy, ont décidé de fermer leurs frontières. Ce dimanche, alors que les pancartes « Je suis Charlie » inonderont Paris, parce qu’il n’y a pas de hiérarchie dans le deuil et dans l’humanité, pourquoi, ne pas brandir « Je suis migrantE » ?

 

Pour toute info complémentaire et en cas de changement de dernière minute, n’hésitez pas à nous contacter sur :
Le site : http://sansvoix-paris18.fr/
Facebook : Liste des Sans-voix 18ème Paris
Mobile : 07 53 71 09 07
Email :   sansvoix18e@yahoo.fr
Dans tous les cas nous vous proposons de rester en contact avec les Sans-Voix. Si vous désirez recevoir nos informations n’hésitez pas à nous faire parvenir un numéro de téléphone ou une adresse mail.
Fraternellement,
Les Sans Voix

Matériel

Affiche Liste des Sans-voixtract dimancheaffiche 9 fevrier  tract 2 tract3Manifeste_Pour une citoyenneté urbaine

Actions

Dimanche 16 mars, devant la mairie du 18ème (métro Jules Joffrin) de 11h30 à 16h : rassemblement festif et revendicatif pour l’égalité des droits et la justice sociale organisé par la Liste des Sans-Voix, en présence de la compagnie Jolie-Môme

7 mars : Le préfet de Paris dévoile le mensonge de François Hollande !

10 mars : La Liste des Sans-voix décide de se maintenir et poursuit sa campagne !

Jeudi 6 mars, date limite de dépôt des candidatures aux élections municipales, la liste des Sans-voix qui se présente dans le 18è arrondissement de Paris, a été déposée en préfecture et un récépissé provisoire délivré à son représentant Anzoumane Sissoko. Parmi nos 45 candidatEs, à parité hommes/femmes, 16 sont françaisEs, 28 sont de 11 autres nationalités (malienne, marocaine, canadienne, sénégalaise, algérienne, ivoirienne, turque, tunisienne, guinéenne, chilienne, togolaise) et 1 candidat est Rrom.

Vendredi 7 mars le préfet de la région Ile-de-France et de Paris a envoyé une lettre justifiant le refus de délivrer un récépissé définitif de notre candidature au motif que « la liste des candidats comprend des ressortissants de nationalité extra-européenne ». Le même jour un numéro de panneau officiel a été attribué à la liste des Sans-Voix dans le 18è (le numéro 10), les panneaux ont été installés… et retirés dans la nuit !

Cette notification du préfet est donc une déclaration officielle actant le mensonge du président de la République, François Hollande, qui avait promis que toutEs les résidentEs étrangerEs pourraient voter (et donc se présenter) lors de ces élections municipales.

Nous demandons comment il est encore possible de parler de démocratie à l’occasion de ces élections locales quand une fraction significative de la population de nos quartiers est exclue de toute possibilité de donner son avis ? Nous demandons comment les éluEs pourront prétendre représenter nos quartiers quand ils et elles acceptent que nous soyons triéEs à l’entrée des bureaux de vote comme ils et elles acceptent que nous soyons triéEs dans la rue par les contrôles au faciès ?

Cette exclusion politique est l’autre face de l’exclusion sociale qui touche toutes les couches populaires de nos quartiers. Dans ces conditions, la Liste des Sans-voix continue son combat et se maintient. Le dimanche 23 mars nous donnerons la possibilité à touTEs les habitantes du 18è, étrangerEs comme françaisEs, de voter pour nos candidatEs, notre tête de liste Anzoumane Sissoko  et notre liste des Sans-Voix : simplement parce que Paris, c’est Nous !

Le dimanche 16 mars nous serons de nouveau devant la place de la mairie du 18è de 11h30 à 16h00 soutenuEs par la Compagnie Jolie Môme.

Nos voix seront plus grandes que vos urnes !

Mardi 11 mars 2014,

Liste des Sans-Voix
Contact :

Viktoria : 06 95 35 51 81
sansvoix18e@yahoo.fr

Jules Joffrin_Sans voix

Photos

sansvoix_5sansvoix_3sansvoix_4sansvoix_1sansvoix_2Sans-voix_ManifSans-voix_1Sans-voix_4Sans-voix_2Sans-voix_3Sans-voix_9 mars_1Sans-voix_9 mars_14Sans-voix_9 mars_13Sans-voix_9 mars_16Sans-voix_9 mars_15Sans-voix_9 mars_2Sans-voix_9 mars_3Sans-voix_9 mars_4Sans-voix_9 mars_7Sans-voix_9 mars_8 Sans-voix_9 mars_9Sans-voix_9 mars_10 Sans-voix_9 mars_11 Sans-voix_9 mars_12CANDIDATS2LAPLACECOUSCOUSListe des sans-voix-2MAIRIEBLUESListe des sans-voix-1Liste des sans-voix-3Liste des sans-voix-4Liste des sans-voix-5Liste des sans-voix-6Liste des sans-voix-7Liste des sans-voix-8Liste des sans-voix-9Liste des sans-voix-10Liste sans-voix1Liste sans-voix2Liste sans-voix3Liste sans-voix4Liste sans-voix5Liste sans-voix6Liste sans-voix7Liste sans-voix8Liste sans-voix9Liste sans-voix10Liste sans-voix11Liste des sans-voixListe des sans-voixListe des sans-voixListe des sans-voixListe des sans-voixListe des sans-voixListe des sans-voixListe des sans-voixListe des sans-voixListe des sans-voixListe des sans-voixListe des sans-voixListe des sans-voixListe des sans-voixListe des sans-voix

sans-voix4sans-voix3sans-voix1Sans-voix_16 mars place Jules Joffrinsans-voix11sans-voix10sans-voix9sans-voix8sans-voix7sans-voix6sans-voix5

 

Vidéos

Voir notre chaîne Youtube en cliquant ici

Presse

Sur le site du journal Le Monde : « A Paris, les sans-voix revendiquent le droit de vote des étrangers aux municipales ».

Sur le site du journal Libération : « Des sans-voix pour le droit de vote des étrangers ».

Sur le site du journal Témoignage chrétien : « Une liste de sans-voix à Paris ».

Sur le site de Télé Bocal : un reportage filmé.

Sur le site de RFI : un reportage en anglais.

Et, en prime : un reportage en espagnol.

Sur le site du Bondyblog : « Les sans-voix veulent faire parler les urnes ».

Sur le site du journal Métro : « A Paris, les Sans-voix réclament leur bulletin ».

Sur le site du magazine Regards : « Municipales : les ‘Sans voix » veulent la parole »

Sur le site du journal Mediapart : « Municipales : l’offensive des sans-voix ».

Newsletter

Newsletter n°1

Chères toutes, Chers tous,

En ce jour de Saint-Valentin, je vous prie de bien vouloir trouver ci-dessous votre newsletter préférée en date du 14 février 2014.

Vous savez bien que notre liste des sans-voix est lancée. Elle se porte bien. Elle est sur une bonne dynamique. Alors, n’hésitez pas à la soutenir et à participer aux événements de cette fin de semaine. Sans aucun doute nous allons les laisser sans voix.
Vous êtes donc invités ce samedi à 15 h devant le foyer Saint-Just, juste derrière le lycée Balzac (métro porte de Clichy) à la manifestation du CSP 17 intitulée « Contre les OQTF et pour la régularisation de tous ».
Venez nombreux, nous allons distribuer nos tracts et exiger l’égalité réelle pour tous . Apportez de quoi faire du bruit : djembés, casseroles… – si vous ne savez pas chanter !!!
Accessoirement, les volontaires pourront réaliser une banderole (avant, pendant ou après la manifestation)!

En outre, après le succès du premier rassemblement de la liste des sans-voix sous les auspices notamment d’Anzoumane Sissoko, nous avons décidé de continuer cette expérience tous les dimanches. Nous serons donc présent sur la place de la mairie du XVIIIe arrondissement (métro Jules Joffrin) de 11.30 h à 16 h.
Menu du jour pour ce dimanche 16:
1) Entrée : un thiep ;
2) Plat du jour : un débat/échange sur l’exclusion politique ;
3) Dessert musical!


Enfin, tous les lundis à 20 h au premier étage du café Léa (Place de l’Olive – Métro Marx Dormoy), est organisé notre réunion pour discuter des actions concrètes qu’on entend mener. Elle est ouverte à tous (tes). Votre voix est importante. Il faut décider ensemble. Il faut qu’on nous entende !


Je vous souhaite, à toutes et à tous, une très bonne fête de Saint-Valentin (même à ceux qui sont malheureusement célibataires comme moi),

Le correspondant « Newsletter » 

 

Newsletter n°2

Chères toutes, Chers tous,

Heureux de vous retrouver pour la seconde édition de votre newsletter préférée.
Et oui! La Liste des sans-voix continue. Et oui! Elle ne cesse de se renforcer! Et oui! Elle ressemble à une fleur pleine de sève prête à éclore! Cela ne dépend que de vous, Camarades, ne l’oubliez pas. Vous l’avez aimé le dimanche dernier, vous allez l’adorer cette semaine.
Surtout que le Lundi 17 février 2014 a débuté dans un festival de bonne humeur. En effet, la réunion préparatoire a réuni près de 29 personnes, militantes ou non, animées par le désir de discuter, de réfléchir et d’améliorer notre intervention sur le quartier.
Ainsi, du mercredi au samedi, une série de diffs est prévue dans la joie et la bonne humeur. Les inscriptions ne sont pas encore bouclées, alors n’hésitez pas à prendre contact avec les copains. De même, le vendredi une manifestation organisée par le CSP75battra les pavés de Paris de la place de la République jusqu’à l’ambassade de Grèce (14h).
Le vendredi à 20 h à la Maison verte sise 127-129 rue Marcadet, la Liste des sans-voix participera au débat initié par la 18e du Mois et la LDH PARIS18 avec différents partis.
Notre présence permettra de présenter et de confronter nos propositions sur le cadre de vie, l’environnement, le logement, la sécurité et les discriminations etc…. Et bien entendu, notre nombre montrera notre force.
Et le point d’orgue de cette semaine riche en événement est notre retour à la place de la mairie (Métro Jules Joffrin) ce dimanche entre 11 h 30 et 16 h.
Après l’excellent tiebe de nos camarades sénégalais et le coupé-décalé – qui faisait même danser les distributeurs de tract -, l’équipe chilienne nous proposera du porotos con riendas – je ne vous dirais pas ce que cela signifie mais je vous assure que c’est excellent – et de la musique populaire d’Amérique Latine.
Tout cela permettra d’amorcer un véritable débat avec les passants et de créer, face à l’institution municipal, un espace de démocratie réelle.
Votre correspondant « Newsletter »

 

Newsletter n°3

Chères toutes, Chers tous,

Comme vous le savez, notre voix résonne dans notre arrondissement et commence à se répandre au-delà.

Pouvez-vous l’imaginer ?

Invité au débat organisé par la Ligue des Droits de l’Homme et le journal « Le 18ème du  mois » le vendredi dernier, le PS, l’UMP… se sont entretenus sur des sujets divers reproduisant, ainsi, le ronron des campagnes institutionnelles.

Mais, ils ont oublié un petit détail. Notre tête de liste, Anzoumane Sissoko, était présent. Il a pu dénoncer publiquement le fait que ces acteurs institutionnels continuent – implicitement ou explicitement – à reléguer des habitants au rang de sous-citoyens.

« La vraie démocratie n’est pas que 20% de la population décide pour tout le monde », a-t-il affirmé.

Autrement dit, lutter pour la démocratie réelle, c’est combattre l’exclusion sociale et politique, c’est s’insurger contre le racisme, c’est élever la justice sociale au rang de réalité.

Le croyez-vous ?

Après l’interview à RMC, Le Monde.fr puis nous a permis de populariser les idées des sans-voix, cette démarche de construction d’un mouvement consacrant les idées de Liberté, d’Egalité et de Fraternité entre tous les habitants d’un quartier.

De plus, après la création de l’adresse mail, de la page Facebook et du site Internet, nous avons également créer des chaînes vimeo et youtube présentant notamment certains de nos candidats et de nos soutiens.

En tout état de cause, notre liste n’est pas une volonté de promouvoir des « politiciens professionnels », de faire carrière dans un monde politique, parfois, dénué de principes. Au contraire, notre but principal est que nos idées deviennent une force.

Et soyez en persuadé, nos idées s’emparent des populations par des interventions tels que les événements de cette semaine et de la semaine prochaine qui vous laisseront sans voix.

En effet, le Dimanche 2 mars 2014 entre 11h et 16 h face à la place de la mairie (Métro Jules Joffrin), nous aurons l’honneur de goûter le couscous préparé par nos camarades tunisiens (après le porrotos de riendas) et de présenter le-s candidat-e-s de notre liste.Candidat-e-s, n’oubliez pas d’apporter vos justificatifs !

Pour les autres, venez nombreux et si possible avec vos chaises, vos tissus, vos appareils, vos ami-e-s etc… Ce moment restera gravé dans l’histoire.

Sur cette lancée, nous nous retrouvons pour notre petite réunion hebdomadaire du lundi – au lieu du rendez-vous habituel – puis le jeudi 6 mars à une heure encore indéterminée, nous déposerons tous ensemble à la Préfecture de Paris la liste des sans-voix.

On vit ensemble, on décide ensemble !

Newsletter n°4 + billet d’humeur de votre correspondant de la Liste des Sans-voix

Chères toutes, Chers tous,

Heureux de vous retrouver pour vous annoncer de nouvelles primordiales:

Le jeudi 6 mars 2014 la Liste des Sans voix a été déposée et  « coup de tonnerre », un récépissé provisoire a été remis à sa tête de liste Anzoumane Sissoko. Cette liste est composée de 45 candidatEs à parité hommes/femmes: 16 candidatEs de nationalité française, 1 Rrom et 28 candidatEs étrangerEs de 11 nationalités différentes (malienne, canadienne, marocaine, sénégalaise, tunisienne, turque, togolaise, algérienne, guinéenne, ivoirienne, chilienne). Nous participerons donc ce vendredi 7 mars au tirage au sort des panneaux d’affichage officiels de la campagne à la préfecture. Pour maintenir la pression, ce même vendredi, on manifestera avec la Collectif Sans Papiers 75 en allant au siège de Anne Hidalgo, candidate du Parti Socialiste à la Mairie de Paris à partir de 16h00 sur la place de la République pour l’interpeller sur le droit de vote des étrangerEs.

Le soir nous nous rejoindrons à une réunion de discussion à partir de 19.30 et n’oubliez pas que le samedi 8 mars à 14h00, nous avons une manifestation pour célébrer la journée de la femme. Elle commencera à Belleville puis passera par le 18è.

Last but not the least, n’oubliez pas que notre rendez-vous hebdomadaire sur la place Jules Joffrin devant la mairie du 18ème est maintenu de 11h30 à 16h00. Ce dimanche on mangera un plat français  – camarades français, ce sera extrêmement difficile de surpasser les camarades tunisiens, maliens, chiliens! – des prises de parole, de la danse, de la bonne humeur et plein d’autre chose que je ne vous dirais pas ponctuerons ce rassemblement.

Et pour celles et ceux qui ne se sont pas couchés trop tard le samedi soir, une batucada accompagnée d’un tractage traversera à compter de 10h30 le quartier de Barbès et le marché de Simplon pour informer sur la liste et amener les gens devant la mairie.

Ok! Allez je craque! Je vais vous annoncer deux événements. Mais, entendez bien, je ne vous dis pas tout! Nous pourrons nous prendre en photos avec des tissus que nous devons ramener (voir avec le camarade Job) et groover au son d’une guitare psychédélique et d’une voix diabolique avec nos deux bluesmen! Suivez mon regard!

N’hésitez pas à appeler vos amiEs, collègues, votre famille, etc… à ramener des casseroles, des djembés…

On vit ensemble, on décide ensemble!

Et comme cette semaine votre correspondant et tres motivé, voilà son billet d’humeur:

Chères toutes, Chers tous,

Vous pouvez constater que nous sommes encore en hiver.

Cependant, la brise légère caresse nos peaux lors de nos promenades, tout brille, tout fleurit comme si nous nous trouvions dans un printemps vigoureux.

De même, la situation socio-politique est détestable : le chômage ne cesse d’augmenter, Paris est la deuxième ville la plus chère du monde, les sans-papiers continuent à être pourchassé, Manuel Valls est toujours Ministre de l’Intérieur…

Toutefois, l’espoir est en train de renaître.

La liste des sans voix rêve de démocratie.

En effet, la démocratie n’est pas une affaire de professionnel.

La démocratie n’est pas destinée à permettre à certaines femmes ou certains hommes de briguer des « postes » tout au long de leur vie – à commencer en tant que conseiller municipale puis à devenir maire puis député puis ministre… à conserver un siège pendant une période déterminée une fois qu’il a été « élu » sans l’intervention de la population -.

La démocratie ne doit pas être une illusion glisser au sein des masses afin qu’elles pensent qu’elles décident elles-mêmes de leur propre sort.

La démocratie n’a pas vocation à être un régime politique dans lequel une partie de la population soit exclue des endroits où se jouent leur vie pour de simples considérations de nationalité ou sociales.

La liste des sans-voix rêvent de démocratie, de démocratie réelle, de démocratie permanente.
Et pour cause, il semble que ce songe d’une nuit d’hiver est sur le point de se concrétiser.
Le jeudi 6 mars 2014 à 18 h, la liste des sans voix a été déposée. Et « coup de tonnerre », la préfecture de police nous a délivré un récépissé provisoire.

Soyons fous ! Espérons que le récépissé définitif nous soit délivré, que les 39 étrangerEs et les 16 françaiSEs puissent concourir à cette compétition électorale ! que la citoyenneté de résidence soit enfin reconnue ! que la voix des sans-voix portent au-delà de leurs urnes !

On vit ensemble, on décide ensemble !

Contact

Si vous souhaitez en savoir plus sur notre initiative, être inscrit sur notre liste de diffusion ou être présent sur la Liste des sans-voix, contactez-nous !


* = required field